Megalopolis : l’actu du très grand Paris et bien plus encore

La presse est en crise. Comment je le sais ? Mais c’est écrit dans les journaux voyons ! Je plaisante mais bien-sûr ce n’est pas si drôle, la presse peine à vivre par elle-même ; les restructurations des fleurons de nos kiosques ne cessent de se succéder alors que l’argent ne rentre plus dans les caisses. Triste état aux causes souvent discutées, le consensus tombant bien souvent sur le méchant internet. Intéressant donc de voir que des journalistes de cette génération web croient toujours dans le média papier.

C’est au moins le cas de l’équipe de Megalopolis. Composée majoritairement d’anciens de Sciences Po, cette petit bande a décidé de nous parler du très grand Paris à travers ce bon vieux papier. Après un premier numéro en février et un second en mai, le troisième a enfin rejoint nos kiosques il y a deux semaines. Son sommaire va d’un guide pour la prise de Paris à un état des lieux de la bd en banlieue, en passant par un dossier extrêmement complet sur les entreprises qui contrôlent l’Ile-de-France ou un autre sur la fièvre évangélique en banlieue ; ce qui devrait suffire à vous donner une bonne idée du spectre couvert par ce nouveau venu.

Megalopolis - Couverture #3

Donc Megalopolis, c’est : 64 pages, 3€50, tous les 3 mois, pratiquement pas de pubs (3 pages dans le dernier numéro, un peu plus dans le prochain on l’espère pour eux). Mais Megalopolis c’est surtout des sujets décalés et inattendus, des dossiers sans concessions, des plumes très agréables, en bref de la très bonne lecture. Le parti pris est très clairement pro Grand Paris, pas celui de Sarkozy, pas forcément non plus celui d’Huchon et Delanoë, mais juste celui des habitants de cette région ; une idée encore en construction et en mutation mais basée sur le constat simple qu’il est dommage que le périphérique soit une telle barrière. Et parce que la vie ne se résume, heureusement, pas à l’Ile-de-France, Megalopolis pose aussi son regard différent sur d’autres coins de la planète ; Pekin, Shangaï ou Berlin cette fois-ci, Rio dans le précédent numéro ; de quoi ouvrir un peu ses horizons.

La suite… »

Feydeau au Palais Royal

Faire régulièrement un petit tour au théâtre faisait donc partie de mes bonnes résolutions pour cette année 2010 ; le genre de résolution pas vraiment compliquée et qu’il est donc possible de tenir, parce que les autres c’est pas trop ça… Mais jusque là en guise de spectacle vivant, j’avais surtout vu des comiques ; j’ai d’ailleurs vu peu de vraies pièces de théâtre dans ma vie quand j’y pense, quelques représentations étudiantes, un tour à la Comédie Française en prépa mais je crois que c’est tout. Je ne suis vraiment pas fan du théâtre filmé que la télévision nous diffuse de plus en plus, le rythme de l’écran est différent de celui de la scène et ce genre de programmes ne rend hommage ni au texte, ni à la mise en scène, ni même aux acteurs. Et puis le charme du théâtre est aussi dans le lieu qui accueille le public.

Feydeau au Palais Royal - Affiche

On purge Bébé : Monsieur Follavoine cherche à décrocher le marché des pots de chambre incassables à destination de l’armée française. Pour tenter de conclure l’affaire, il invite à dîner Chouilloux, fonctionnaire influant du ministère des armées, son épouse et l’amant de celle-ci. Mais ce jour-là, le fils Follavoine est constipé et ne veut pas prendre sa purge… et rien ne se passe comme prévu.

Léonie est en avance : Léonie est sur le point d’accoucher avec un mois d’avance. Les mauvaises langues se délient, Les règlements de compte et les mesquineries entre beaux-parents et gendre vont bon train, l’arrivée d’une sage-femme tyrannique finit de chambouler toute hiérarchie dans la maison, et ce qui devait être un moment de joie va tourner à la catastrophe

La suite… »

Urban Mobs : Paris vu de nos mobiles

faberNovel et Orange Labs ont mis au point un outil impressionnant permettant de visualiser l’activité de nos téléphones portables sur une carte géographique. Pas sûr que ce soit très clair et comme une vidéo vaut toujours mieux qu’une explication, voilà les mouvements des téléphones mobiles à Paris le jour de la fête de la musique 2008.

La suite… »

Troy Henriksen repeint le métro

En sortant de la ligne 9 à St Augustin ce matin, quelle ne fut pas ma surprise de tomber sur des tapis rouges entourés de cordons au pied des panneaux de pubs sur le quai. Des espaces de pubs un peu modifiés d’ailleurs… Quelques mètres plus loin, la nouvelle déco trouve son origine. Une petite troupe de photographes, cameramen et curieux entourent un peintre sur son escabeau.

Flickr : Troy Henriksen à St Augustin

La suite… »

Google Street View disponible à Paris

On savait déjà que Google prenait en photos les rues de Paris (certaines villes de province) et j’avais d’ailleurs vu passer la « Google car » à plusieurs reprises.

La Google car à Paris
La « Google car » avec ses caméras sur le toit
(photo : http://www.zorgloob.com/2008/05/google-street-view-paris.asp)

Et bien le service vient d’être lancé sur Google Maps. Pour l’instant le trajet disponible n’est pas immense – un voyage entre la place de l’Etoile et Etampes dans les Yvelines, soit le parcours de la dernière étape du Tour de France – mais il permet de se faire une petite idée de ce que va donner le service et de le faire découvrir aux Français qui n’avaient jamais essayé.

Google Street View place de la Concorde

Il semblerait que les visages et les plaques d’immatriculation aient bien été floutés afin de respecter la vie privée, comme Google l’avait annoncé.

Si ce parcours est un début, Google Maps propose aussi de parcourir toutes les étapes du Tour grâce à Street View. Une très bonne idée pour se lancer sur la marché français, sont forts chez Google quand même !

(merci à Kévin pour l’info sur twitter)