Megalopolis : l’actu du très grand Paris et bien plus encore

La presse est en crise. Comment je le sais ? Mais c’est écrit dans les journaux voyons ! Je plaisante mais bien-sûr ce n’est pas si drôle, la presse peine à vivre par elle-même ; les restructurations des fleurons de nos kiosques ne cessent de se succéder alors que l’argent ne rentre plus dans les caisses. Triste état aux causes souvent discutées, le consensus tombant bien souvent sur le méchant internet. Intéressant donc de voir que des journalistes de cette génération web croient toujours dans le média papier.

C’est au moins le cas de l’équipe de Megalopolis. Composée majoritairement d’anciens de Sciences Po, cette petit bande a décidé de nous parler du très grand Paris à travers ce bon vieux papier. Après un premier numéro en février et un second en mai, le troisième a enfin rejoint nos kiosques il y a deux semaines. Son sommaire va d’un guide pour la prise de Paris à un état des lieux de la bd en banlieue, en passant par un dossier extrêmement complet sur les entreprises qui contrôlent l’Ile-de-France ou un autre sur la fièvre évangélique en banlieue ; ce qui devrait suffire à vous donner une bonne idée du spectre couvert par ce nouveau venu.

Megalopolis - Couverture #3

Donc Megalopolis, c’est : 64 pages, 3€50, tous les 3 mois, pratiquement pas de pubs (3 pages dans le dernier numéro, un peu plus dans le prochain on l’espère pour eux). Mais Megalopolis c’est surtout des sujets décalés et inattendus, des dossiers sans concessions, des plumes très agréables, en bref de la très bonne lecture. Le parti pris est très clairement pro Grand Paris, pas celui de Sarkozy, pas forcément non plus celui d’Huchon et Delanoë, mais juste celui des habitants de cette région ; une idée encore en construction et en mutation mais basée sur le constat simple qu’il est dommage que le périphérique soit une telle barrière. Et parce que la vie ne se résume, heureusement, pas à l’Ile-de-France, Megalopolis pose aussi son regard différent sur d’autres coins de la planète ; Pekin, Shangaï ou Berlin cette fois-ci, Rio dans le précédent numéro ; de quoi ouvrir un peu ses horizons.

La suite… »