Archives de la catégorie 'Vie de moi'

Vague de spleen

Spleen… joli mot découvert chez Baudelaire à l’époque où je lisais des livres pour les études. J’aurais pu écrire mélancolie mais c’est moins joli, moins poétique, trop terre à terre.

Marrant comme ce spleen revient de temps en temps sans crier gare. Un jour tout va bien, le lendemain je suis perdu. Manque quelque-chose ou plutôt quelqu’un pour m’empêcher de me laisser aller, pour m’obliger à sourire. Il y a des personnes dont le sourire suffit à me redonner envie, en ce moment de moins en moins, et surtout trop loin.

Plus envie de grand-chose ces derniers temps, un mail perso à finir qui traîne dans mon Gmail depuis une semaine alors que c’est important, mon bureau qui recommence à ne plus ressembler à rien, un appart’ que je ne cherche pas si activement… Je commence à me connaître, je les vois arriver, je sais qu’elles vont repartir, alors je les laisse passer les vagues de spleen.

Et pourtant j’aurais plein de choses à vous raconter, des moments super sympas, des anecdotes banales, des films (enfin en UGC illimité), des ballades… mais tout ça n’a pas survécu à la vague. Heureusement demain est un autre jour – comme on dit… – et, même si j’ai du mal à l’imaginer, je sens que tout ira mieux.

Je me demandais ce que deviendrait ce blog, je crois que je commence à trouver : tout et n’importe-quoi mais assumé ! Et notamment des articles persos de temps en temps, mais ne vous inquiétez pas, des fois je suis heureux aussi.

Nos 18 ans…

… sont malheureusement un peu loin ! Bon pas tant que ça mais dans l’esprit c’est un peu vrai tout de même.

Cette réflexion philosophique pour vous dire que j’ai été voir « Nos 18 ans » au ciné hier soir. Ce film, de Frédéric Berthe, suit la vie de Lucas et de sa bande d’amis entre la fin des cours de Terminale et la fin de rattrapages du Bac, en 1990. Voilà pour la description générale, pour ce qui est du vrai pitch, vous allez regarder la bande-annonce comme des grands parce que ce serait dommage de ne pas profiter de l’ambiance du film. La suite… »

Contradictions quand tu nous tiens…

Sous la pression populaire, ou tout du moins à la demande d’Ulrich, je vais reprendre la chaîne qui tourne et vous parler de quelques contradictions qui rythment ma vie. Bon c’est pas très profond, et il a fallu que j’y réfléchisse pour les trouver mais les voilà.

  1. J’adore les verres Coca-Cola… mais je finis toujours par les casser d’une manière ou d’une autre !
  2. Je suis consultant… mais j’aime pas porter de costumes
  3. Je mets toujours mon réveil tôt… mais je ne me lève en général qu’une heure plus tard (ou pire…)
  4. Je n’aime pas que la cuisine soit en bordel… mais je laisse trainer ma vaisselle dans l’évier
  5. Je réfléchis toujours perpète avant de me lancer dans un gros achat… mais je claque pas mal d’argent dans des trucs inutiles sans même y penser

Voili, voilou, c’était mes contradictions. J’en ai sûrement pas mal d’autres alors si vous en voyez, les commentaires sont là pour ça !

Et non je ne taggue personne mais ça ne vous empêche pas de la reprendre si vous passez par là.