Archives de la catégorie 'Cinéma'

Avatar

Le film de l’année, sorti le 16 décembre dernier, et toujours pas vu. Enfin tout du moins à la même heure la semaine dernière. Non pas que j’ai décidé de l’ignorer, juste que je n’étais pas à Paris au moment de sa sortie et que je n’avais pas particulièrement envie de faire la queue pour avoir une place. Et puis samedi au détour d’un twitt je découvre que des potes y vont au MK2 Odéon, l’occasion parfaite de s’incruster. Plus qu’à faire la queue deux fois (et oui chez MK2 on peut pas réserver avec la carte UGC, ni prendre sa place plus d’une heure à l’avance…) et payer 3€ de supplément pour les lunettes 3D et j’y suis enfin.

Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Les humains y ont créé le programme Avatar, qui permet à un « pilote » humain de lier son esprit à un avatar, un hybride créé génétiquement en croisant l’ADN humain avec celui des Na’vi, les autochtones de Pandora.

Sous sa forme d’avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d’infiltration auprès des Na’vi, devenus un obstacle trop conséquent à l’exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na’vi, sauve la vie de Jake…

La suite… »

Sherlock Holmes : la piste est encore fraîche

Une campagne de promo massive, des stars et une franchise de légende : bienvenue dans un blockbuster ! Et du genre attendu même, porté par un beau succès critique. La question de voir ou pas Sherlock Holmes ne se posait pas vraiment ; celle d’aller en salle ou de se contenter du divx téléchargé il y a quelques semaines, déjà plus. Mais après avoir attendu la sortie française, autant profiter des conditions optimales, surtout après les premiers retours sur la qualité des images. Me voilà donc dans une salle d’Odéon un dimanche après-midi.

Aucune énigme ne résiste longtemps à Sherlock Holmes… Flanqué de son fidèle ami le Docteur John Watson, l’intrépide et légendaire détective traque sans relâche les criminels de tous poils. Ses armes : un sens aigu de l’observation et de la déduction, une érudition et une curiosité tous azimuts; accessoirement, une droite redoutable… Mais une menace sans précédent plane aujourd’hui sur Londres – et c’est exactement le genre de challenge dont notre homme a besoin pour ne pas sombrer dans l’ennui et la mélancolie.

Après qu’une série de meurtres rituels a ensanglanté Londres, Holmes et Watson réussissent à intercepter le coupable : Lord Blackwood. A l’approche de son éxécution, ce sinistre adepte de la magie noire annonce qu’il reviendra du royaume des morts pour exercer la plus terrible des vengeances.

La suite… »

Le Livre d’Eli : après le déluge…

Aller au ciné à l’aveugle est à la fois un plaisir et un risque. On essaie de limiter le risque en jetant un oeil rapide  aux critiques et de maximiser le plaisir en ne lisant pas le synopsys. Alors quand en plus on a pas eu besoin de choisir le film c’est parfait ! C’est dans cet état d’esprit que j’ai vu Le Livre d’Eli dimanche, incrusté dans une session ciné avec des gens très agréables.

Dans un futur post-apocalyptique un homme traverse seul des Etats-Unis dévastés après une guerre de trop, devenus un territoire sauvage dominé par la loi du plus fort. Eli marche vers l’ouest, se protégeant des attaques, se battant pour survivre et laissant de côté les plus faibles. Eli est en mission, il protège un livre, un livre convoité par un autre…

La suite… »

Bliss : Barbie contre-attaque !

Il est de ces films qu’on a envie d’aller voir de nos propres yeux, avant de lire toute critique, sans vraiment savoir pourquoi. Une affiche squattant les bus parisiens ? Une actrice principale au charme fou ? Une réalisatrice qu’on a envie de voir réussir ? Sûrement un peu de tout ça dans ma présence dans la queue du ciné mercredi dernier pour une séance de Bliss.


Premier long métrage derrière la caméra de Drew Barrymore, Bliss (Whip It en VO) suit les pas d’une ado du Texas. Par tous les moyens, Bliss Cavendar cherche à échapper à sa petite ville perdue et à sa mère qui est convaincue que sa seule chance de réussir dans la vie est de gagner des concours de beauté locaux. Pas vraiment le genre de Bliss. Alors lorsqu’elle découvre par hasard, dans la grande ville d’Austin, le « roller derby », c’est une vraie révélation. Emportée par cette discipline, elle va devenir « Babe Ruthless » au sein de l’équipe des « Hurl Scouts » et profiter de son affirmation sur la piste pour s’affirmer dans la vie.

La suite… »

Aux chiottes l’arbitre !

Il m’arrive de regarder du foot à la télé, quelques matchs de Ligue de Champions, de Ligue 1 ou de l’Equipe de France (mouais…). Je ne suis plus aussi passionné que plus jeune mais une superbe action me fait toujours réagir, une décision arbitrale « injuste » aussi, et si j’ai délaissé le « aux chiottes l’arbitre » depuis longtemps, des commentaires inutiles devant le poste sont toujours de rigueur. Si je vous parle d’arbitrage, c’est suite à une invitation chez Gaumont mercredi dernier ; une projection du documentaire « Les Arbitres » (« Kill the Referee »).

Ce documentaire, commandé par l’UEFA, nous présente l’envers du décor du monde de l’arbitrage de haut niveau pendant l’Euro 2008. Alors forcément, qui dit film de commande, dit vision biaisée, non ? Alors rajoutons que la commande a été réalisée par l’équipe de « Strip Tease », et le doute s’installe. Que viennent faire des gens habitués à nous présenter la réalité vraie dans un projet de ce genre ? Bien-sûr on a profité de leur présence pour leur poser la question, mais parlons d’abord un peu du docu.

La suite… »

(500) Jours Ensemble

Un vendredi soir pas si lointain, une salle de ciné au cœur de Paris, C. pour charmante compagnie, la cadre est posé pour l’avant-première de « (500) Jours Ensemble ». Quelques mots de présentation du réalisateur et d’un des co-scénaristes, et le film pouvait commencer.


« (500) Jours Ensemble », ou « (500) Days of Summer » pour le titre original, n’est pas un film d’amour. C’est l’histoire d’un garçon qui rencontre une fille. Le garçon, Tom, romantique dans l’âme ; la fille, Summer, convaincue que le grand amour n’existe pas. Et quand Tom rencontre Summer, la relation qui va en découler promet d’être riche en aventures, en hauts et en bas, en joies et en déceptions, mais surtout en découvertes personnelles pour ces deux là.

La suite… »

Mais quel bâtard ce Quentin !

Un titre un peu facile mais qui a au moins le mérite d’introduire son sujet, non ? Inglourious Basterds était très attendu, d’abord parce qu’un film de Tarantino est forcément attendu, ensuite parce que le premier trailer a fait un vrai carton, et enfin parce que Cannes a très bien accueilli le premier montage du film.


Inglourious Basterds mêle deux histoires au cœur de la France occupée par les Nazis. Le destin de Shosanna, interprétée par la toujours sublime Mélanie Laurent, juive, seule rescapée du massacre de sa famille par le Chasseur de Juifs Hans Landa. Et les aventures des « Bâtards », groupe de soldats juifs américains envoyés en territoire ennemi pour massacrer du « Nazi » sous le commandement du lieutenant Aldo Raine (Brad Pitt dans une superbe interprétation). Vous en dévoilez plus serait dommage, je vous conseille même de ne pas regarder la bande-annonce qui suit si vous ne voulez pas avoir trop de détails sur l’histoire, et les journalistes devraient d’ailleurs se mordre les doigts de vous avoir sûrement déjà révélé la fin du film.

La suite… »