Archives de août 2010

Foursquare, l’avenir de la géorecommandation ? (part2)

Retrouvez la première partie de cet article : Foursquare, l’avenir de la géorecommandation ? (part1)


L’avenir de Foursquare est sans doute assuré, tant le potentiel est énorme et ses soutiens importants.

Reste à régler la question de la base de données de lieux. Aujourd’hui enrichie par les utilisateurs eux-mêmes, il n’en a pas toujours été ainsi. Le service a d’abord été lancé dans un nombre limité de grandes villes nord-américaines, avant de s’ouvrir aux grandes villes mondiales, puis de passer réellement international en ouvrant totalement la possibilité d’ajouter de nouveaux lieux. En septembre 2009, Vancouver est la première ville a être « peuplée » par les utilisateurs de Foursquare, plutôt que par la start-up elle-même, en prévision des JO d’hiver. Aujourd’hui chacun peut rajouter autant de lieux qu’il le désire ; la procédure est extrêmement simple et sans validation de la part du service. Les utilisateurs peuvent de plus signaler un double, une adresse inexacte, un lieu fermé, afin de tenter de réguler la base de données.

Malheureusement une base laissée entre les mains des utilisateurs, si elle s’enrichit énormément, est très difficile à réguler. Foursquare ne déroge pas à la règle – et il en est sûrement de même pour ses concurrents – on se retrouve avec de nombreux doubles, des adresses ou positions GPS inexactes ; il est souvent difficile de faire un choix pertinent entre plusieurs possibilités pour le même lieu. On peut imaginer que ces problèmes se régleront petit à petit, le nombre d’utilisateurs grandissant et les business locaux se prenant au jeu. Reste que la question est posée : comment assure l’intégrité des données locales, élément essentiel dans la réussite des services géo-localisés ?

La suite… »

Foursquare, l’avenir de la géorecommandation ? (part1)

Qui n’a jamais cherché un bar sympa dans un quartier qu’il ne connaissait pas ? Qui n’a jamais voulu essayer un nouveau resto plutôt que d’aller toujours aux mêmes endroits ? Qui n’a jamais découvert le lendemain que des amis pas vu depuis un bail prenaient un verre dans la rue à côté d’où il dînait ? Et si tout ça était bientôt du passé ?

La possibilité de fournir des services locaux – que ce soit des recommandations, des réductions, des offres spéciales, etc – est au coeur des pré-occupations des nombreux pros du web, et plus particulièrement des entrepreneurs, depuis quelques années. Alors qu’obtenir de l’information du monde entier est aujourd’hui pratique courante, l’accès à de l’information locale pertinente est toujours une difficulté. Bien-sûr il est possible de lire en ligne son quotidien régional, ou les news de sa mairie ; mais comment savoir quel est le meilleur resto dans la ville où vous passez vos vacances, voire juste quelques heures sur la route des vacances ?

Certains achetaient les guides touristiques bien établis, en essayant de se rapprocher de leur sensibilité personnelle (Routard ou Michelin), d’autres parcouraient les forums avant leur départ ; la solution idéale étant bien souvent de demander ses amis, on les connaît, on sait si on aimera ce qu’ils ont aimé ou si au contraire il vaut mieux éviter leur bar préféré. Reste que ça n’est pas forcément très simple d’interroger tous ses amis et connaissances avant de partir, et ça l’est encore moins si on ne cherche qu’un resto dans un coin précis, 20 minutes avant de passer à table. Des entrepreneurs web se sont donc lancés dans l’aventure, un tas de sites de recommandations géographiques ont vu le jour, Google a tourné Maps en annuaire localisé… Mais deux principaux problèmes persistent : la base de lieux est bien souvent trop faible, et, surtout, je veux savoir où vont mes amis et contacts et ce qu’ils en pensent ; parce que même autour de chez moi j’ai pu rater LE pub, à fréquenter le jeudi alors qu’il était très moyen le vendredi où j’y ai mis les pieds.

La suite… »

7 jours plus tard

Un petit tour rapide sur l’actu de la semaine.


Dérive sécuritaire : rien ne semble pouvoir les arrêter ; Sarko et sa clique sont prêt à aller jusqu’au coeur de l’extrême -droite pour récupérer des voix, tenter de faire oublier leurs autres dérapages et couvrir l’échec de leur politique de sécurité depuis 2002 ; alors cette fois, on annonce des déchéances de nationalité contraires à la Constitution, on expulse tous les Roms, on se ridiculise avec un faux sondage… et au passage on abîme l’image de la France, le New-Yok Times parlant même de xénophobie. Un grand bravo à notre gouvernement et vivement 2012 ; tout va bien…

Climat : la Russie est en feu alors que le Pakistan est sous l’eau, tout va bien…

Afghanistan : alors que la situation ne s’améliore que trop lentement, que les documents confidentiels publiés par Wikileaks embarrassent les états majors, les talibans viennent d’assassiner huit humanitaires occidentaux parce qu’ils étaient chrétiens, tout va bien…

Bus : les chinois imaginent le bus du futur, on verra ce que ça donnera mais l’idée est très bonne (même si un peu compliquée par rapport à un métro/tram aérien).

Ligue 1 : la championnat reprend ses droits et on va de nouveau pouvoir se passionner pour de matchs moyens ; après la première journée, Paris est en tête, mais la vision d’un Parc des Princes à moitié vide m’a fait mal au coeur…

Eté : il fait beau, la vie est plus douce, on traîne aux terrasses ou dans les parcs, Paris Plage est de retour et les New-Yorkais se baignent dans des bennes à ordures, tout va bien je vous disais !

Avatar – The Last Airbender

Abris bus, 4×3, critiques au 20h et dans les matinales radios, Le Dernier Maître de l’Air n’aura pas raté sa promo ces dernières semaines. Rien de bien extraordinaire pour un blockbuster annoncé et le premier épisode d’une nouvelle trilogie programmée pour squatter nos salles et engranger des millions de dollars pendant les prochaines années. Oui mais voilà, raté ! Non pas que le public soit passé à côté. Non la vérité est bien plus triste. Ce cher M. Night Shyamalan, scénariste, producteur et réalisateur, a flingué ce qui aurait dû être une superbe saga ! En bref n’allez pas voir Le Dernier Maître de l’Air, n’y perdez ni un centime de vos économies, ni une seconde de votre temps. Je vous l’accorde, je m’emporte un petit peu – mais le conseil est toujours valable – mais j’ai mes raisons, 61 raisons. Comme le nombre d’épisodes de la série animée, dont est tiré le film, Avatar – The Last Airbender.


Dans un monde divisé en quatre nations – l’Eau, l’Air, la Terre et le Feu – certains humains ont le pouvoir de maîtriser l’élément auquel ils appartiennent mais seul l’Avatar peut contrôler les quatre. Depuis l’origine du monde, les différentes incarnations de l’Avatar ont une mission essentielle : garantir l’équilibre entre les maîtres des différents éléments et la paix entre les nations.

Jusqu’à ce que le dernier Avatar, maître de l’Air, disparaisse de la circulation alors que la nation du Feu se lance dans une guerre pour la domination totale. 100 ans et de nombreuses souffrances plus tard, Sokka et Katara – frère et soeur adolescents de la tribu de l’eau du pôle Sud – découvrent Aang et Appa prisonniers de la glace d’un iceberg. Le premier, garçon de 12 ans, est l’Avatar ; le second, son fidèle destrier et ami, un bison volant. Il est temps pour les nouveaux amis de partir à l’aventure pour sauver le monde !

La suite… »

Back in business

Que vous dire ? Toujours dur de faire un post de retour – même si c’est devenu une habitude par ici. Absent depuis un bail, entre période très à vide, puis flemme d’écrire. Et pourtant, comme toujours, ce ne sont pas les idées d’articles qui ont manqué. Je ne vous aurais pas dit un mot de l’affaire Woerth alors qu’il y avait des kilomètres à écrire, pas fait partager mon hilarité devant la prestation de l’équipe de France (bah quoi on va pas pleurer non plus), pas raconté comment je suis finalement passé à l’iPhone… pas donc !

Alors ce soir, c’est décidé je reprends le clavier. Un téléfilm sur des amours adolescents dans la télé, une lumière a la cool dans le salon, quelques bougies qui brûlent sur la table, une tasse de lait choco à portée de main, je crois que là niveau ambiance je suis paré. Ne reste donc plus qu’à savoir ce dont je vais vous parler. Les sujets ne manquant pas, mon début d’été a été pas mal rempli niveau culture, films, bouquins et bien-sûr musique avec Solidays et des écouteurs dans les oreilles à chaque déplacement. Il se pourrait que ça fasse l’objet de billets, certains sont déjà avancés, comme quelques pages de Moleskine grattées dans le métro qui me ramenait de Longchamp après trois jours de festival…

Nuit déserte

L’été est aussi l’occasion de se poser, de réfléchir aux derniers mois passés ; une deuxième respiration après celle des fêtes ; surtout quand c’est aussi pour moi un changement d’année. L’air de rien, mes 24 ans se sont pointés, sans vraiment que je les voie venir ; au milieu de mes interrogations sur mon avenir, sur ma vie pro, sur ma vie perso, sur ce que je veux faire de ma jeunesse, sur ceux qui sont là et ceux qui sont loin ; au milieu d’un joli bazar dans ma tête donc.

Que faire de ma vie alors que je suis dans une voie toute tracée… Le sujet m’obsède ces derniers temps. Et hasard du calendrier, c’était aussi le sujet de ma séance de ciné de l’aprem. L’âge de raison confronte directement le spectateur à la question. Comment savoir ce qu’on voudrait être ? Peut-on interrompre le train de sa vie pour le faire prendre de tous nouveaux rails ? Je vous reparlerai peut-être du film en lui-même mais il est certain qu’on en sort pas sans réfléchir. Ca m’arrange pas tout ça…


Finalement le téléfilm n’était pas si gai que ça, même plutôt très sombre ; la soirée touche à sa fin et le sommeil se rapproche ; je finis ma tasse, j’éteins les bougies et je rejoins mon lit ; a bientôt par ici.